Armoiries de famille

Etoles en twill de soie

A l’occasion d’une fête de famille, notre client souhaitait offrir à toute sa parenté un objet mettant en scène les armoiries de famille. La difficulté principale consistait à trouver un objet qui puisse s’offrir autant à des femmes qu’à des hommes, à des jeunes qu’à des personnes plus âgés. Nous avons proposé de réaliser des étoles de soie, de dimensions et de coloris différents pour les uns et les autres.

Pour donner un aspect plus ludique aux armoiries, celles-ci ont été enchâssées dans des cercles de couleurs variées et réparties au milieu d’un semis de points de couleurs. A première lecture, l’étoffe apparaît comme un semis de ronds colorés et c’est seulement une observation plus précise qui permet de reconnaître les armoiries. Des couleurs discrètes ont été disséminées sur un fond bleu marine pour la version masculine des étoles et des couleurs plus pimpantes ont été utilisées sur un fond bleu roi pour la version féminine.

Jean-Luc Widmer

Collection de coussins imprimés

En parallèle à ses oeuvres photographiques et picturales présentées lors de l'exposition à La Distillerie Switzerland, l'artiste Jean-Luc Widmer souhaitait présenter une collection de coussins imprimés permettant la mise en volume des oeuvres peintes. Nous avons réalisé la conception et le suivi de production de ces objets.

http://jeanlucwidmer.blogspot.ch

Michel Schmidt

Foulard en twill de soie

Edition limitée 2013, 30 pièces signées

L’artiste fribourgeois Michel Schmidt propose un monde de découvertes géométriques, finement imbriquées dans des jeux de couleurs.

Ce langage artistique se prêtait extrèment bien à une transposition sur étoffe. Nous avons ainsi cherché à reproduire le plus fidèlement possible ces fins dégadés de couleurs dans un foulard en twill de soie. La brillance de la matière donne ainsi une autre vie aux dessins rigoureusement composés.

Abbaye de Cadouin

Fac-similé du Saint Suaire

Etoffe de lin et de soie, 290 x 133 cm

Conservé en tant que relique pendant de nombreux siècles dans l’Abbaye de Cadouin et régulièrement exposé, le suaire est devenu très fragile. 

Le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques a recommandé sa mise en réserve et son remplacement sur le lieu d’exposition par un fac-similé. Dans le cadre d’un programme de recherche de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs Sud Alsace et en partenariat avec des entreprises spécialisées, nous avons mis au point une méthode permettant de réaliser un tel fac-similé textile.

Le Suaire est une étoffe probablement d’origine égyptienne, puisque les bandes de soies tissées présentent des caractères coufiques qui permettent de la dater du 11ème siècle. Si les circonstances de son arrivée dans l’abbaye cistercienne ne sont pas parfaitement définies, il y est mentionné pour la première fois en 1214. Dès lors il attire la foule des pélerins en route vers Saint Jacques de Compostelle et fait la notoriété du monastère. Les ostentions durent jusqu’en 1934, date à laquelle il est désacralisé.

Détail des bandes tissées en soies colorées

Cathédrale de Strasbourg

Fac-similé de la bannière

de la statue à la trompette, du buffet de l'orgue

Lors de la restauration de l’orgue de la Cathédrale, la bannière de la statue étant très fragilisée, la Direction Régionale des Affaires Culturelles nous a demandé de réaliser un fac-similé de cet objet.

La bannière suspendue était déjà une copie peinte, exécutée au 19ème siècle, d’une bannière plus ancienne (vraisemblablement du 17ème siècle) conservée au Musée Historique de Strasbourg. Celle-ci étant d’une facture bien plus raffinée, il a été convenu que nous réaliserions le fac-similé de cette ancienne bannière.

La face avant représente une Vierge à l’Enfant, tronant les bras écartés, sur un siège orné de rocailles à fleurs de lys. Le verso met en scène de façon très allégorique les armoiries de la Ville de Strabourg.

Reconstitution d’étoffes

Etoffes médiévales

Suite à la demande d’une costumière spécialisée dans la reconstitution de vêtements médiévaux, nous nous sommes penchés sur la problématique des étoffes du Moyen-âge. En effet, s’il est relativement simple de reconstruire des patrons d’habits, il est par contre plus difficile d’avoir accès à des tissus qui correspondent un tant soit peu à l’iconographie de cette époque.

A partir de document reproduisant des étoffes historiques, nous avons recréé des motifs médiévaux. A l’aide des technologies numériques, il nous a été possible de simuler de telles étoffes et de les imprimer en «trompe- l’oeil» sur des supports actuels.

Musée de l’Impression, Mulhouse

Reconstitution d'un corsage et d'une robe Second Empire

Le Musée de l’Impression Sur Etoffes de Mulhouse a présenté en 2010 une exposition «Rêve de cachemire, cachemires de rêves» consacrée au châle imprimé alsacien.

Lors de la préparation de l’exposition a été découverte une pièce rare et singulière, l’empreinte sur papier d’un patron de paletot imprimé à disposition. Bien qu’en bon état, l’ensemble daté de 1865 est extrêmement fragilisé.

Il a donc été envisagé de reconstituer ce vêtement. Nous avons numérisé le patron puis effectué un «nettoyage» numérique du document en ôtant toutes les traces interférant avec le motif. L’ensemble a été imprimé sur une imprimante textile à jet d’encre puis confectionné.

Abbaye de Conques

Fac-similés des étoffes du Trésor de Conques

Plusieurs pièces de soieries façonnées ont été trouvées dans le chef-reliquaire de Sainte Foy de l’Abbaye de Conques. Ces étoffes ont longtemps été exposées dans les vitrines du Trésor et se sont rapidement détériorées.

A la demande du Laboratoire de Recherches des Monuments Historiques et dans le cadre d’un programme de recherche de l’ENSISA, nous avons mis au point une méthode permettant de réaliser des fac-similés textiles de ces pièces. Les étoffes ont été numérisées sur un scanner grand format puis imprimées grâce à une imprimante textile à jet d’encre sur des supports appropriés. Le rendu des couleurs et les textures peu contrastées des objets ont rendu la tâche particulièrement complexe.